Notre image du soldat est déformée

J’appelle souvent la guerre une « terrible déception ». Pas que je sois moi-même « déçu » de la guerre ou de mon expérience récente en Ukraine. La guerre est en général une espèce de « déception » pour les soldats qui la vivent pour la première fois. Loin d’être déçu par la froide réalité de la guerre, je la trouve au contraire des plus intéressante.

Nous sommes remplis de fausses perceptions sur ce qu’est réellement la guerre. Une de ces perceptions est qu’un bon soldat se doit d’être musclé et ressembler à Rambo. La réalité est qu’au combat, on perd beaucoup de masse musculaire. La raison est simple : notre corps n’a pas besoin de tous ces muscles gonflés dans un but esthétique. Ce dont un soldat a le plus besoin pour combattre, c’est d’endurance. Les biceps et les trapèzes gonflés sont peut-être utiles pour impressionner les gens, mais presque inutiles au combat. Ils sont utiles, mais au niveau de l’endurance.

Si donc vous voyez un soldat revenant du front qui est particulièrement musclé, c’est qu’il n’a justement probablement pas été au front ou que les combats n’ont pas été intenses. D’ailleurs, vous remarquerez les images de la Seconde Guerre mondiale : les soldats ressemblent davantage à de minces fermiers qu’à des culturistes aux muscles gonflés.

*mes livres et projets : www.livreswali.com / www.walisbooks.com

Foi et Combat
W

39950cookie-checkNotre image du soldat est déformée