Guerre en Ukraine…

Je peux maintenant le dire. Nous étions à Erpin. Nous étions à Bucha. Nous avons entendu beaucoup de choses de ces villes récemment. Les Russes y ont commis de nombreux crimes contre l’humanité. Nous le savions depuis des semaines, car les civils nous en informaient.

Je vais vous conter deux histoires. L’une triste et l’autre heureuse. Cela va bien résumer pourquoi je fais ce que je fais.

Les crimes n’étaient pas effectués sur la ligne de front. Tels des nazis, les Russes tuaient les civils derrière le front. Nous pouvions voir les zones occupées par les Russes. C’étaient des villes fantômes : noires, lugubres, où la seule lumière provient des incendies. Les Russes, souvent ivres, tiraient dans les maisons où ils entendaient les enfants pleurer. Nous avons de nombreux témoignages en ce sens. Curieusement, les Russes tuaient de nombreux enseignants, car les enseignants représentent la culture, l’histoire, le savoir. Et pour détruire un peuple, on doit tuer sa mémoire.

Et maintenant l’histoire heureuse, car c’est ainsi que s’est terminé la libération de Erpin et Bucha il y a maintenant une semaine…

Nous venions tout juste d’être renforcés par des unités de l’Armée ukrainienne. Nous retournions en arrière nous reposer. Nous étions plusieurs soldats dans une voiture et avancions à travers les débris de toutes sortes, évitant de temps en temps les fils électriques qui trainaient au milieu de la rue. Mon arme sortait par la fenêtre, à la manière d’un gangster. J’ai aperçu une dame d’environ 50 ans. Elle était au milieu d’un stationnement, couvert de branches d’arbres, de morceaux de vitres et autres débris. On voyait des voitures brûlées. La dame se trouvait au milieu de cette espèce d’échantillon d’apocalypse. Nos regards se sont croisés. Je lui ai souri en penchant la tête. Elle a souri en retour, reconnaissante. Un sourire triste, mais un sourire, Nous venions de libérer sa ville. Nous venions de libérer sa ville.

*mes livres et projets : www.livreswali.com

Foi et Combat
W

39191cookie-check