Guerre en Ukraine…

Voici à quoi ressemble le quotidien des Ukrainiens dans les zones bombardées. Quand l’alerte sonne, les gens se précipitent au sous-sol. Ils font alors ce que n’importe qui ferait pour passer le temps : ouvrir son téléphone portable et regarder des vidéos sur les médias sociaux, quand internet est encore en fonction. Ils regardent les mêmes vidéos de « chats » et les mêmes nouvelles. Ces nouvelles représentent des événements qui se passent autour d’eux, et non dans un pays lointain. L’humain a une grande capacité d’adaptation. Les gens sont ici en grande partie déjà habitués à cette guerre qui n’a pourtant commencée il n’y a même pas deux semaines.

Les bâtiments urbains de la région sont souvent en béton et sont solides. Les obus détruisent les fenêtres et l’extérieur des bâtiments, mais ne réussissent le plus souvent pas à détruire leur structure. Pour cela il faudrait une bombe aérienne ou un acharnement de la part de l’artillerie, ce qui serait du gaspillage sauf si le bâtiment était utilisé comme position défensive. Dans la majorité des situations, il est facile de se protéger des bombardements, malgré que les dommages matériels sont souvent énormes. Les dommages en apparence anodins sont parfois les plus fâchants. Rappelez-vous qu’ici, c’est encore l’hiver et que la température avoisine le point de congélation. Si un éclat d’obus détruit une fenêtre, il devient impossible de chauffer la maison. Il faut donc « patcher » la fenêtre avec les moyens du bord, dans ce cas avec des sacs de plastique. Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres.

La guerre est un gaspillage de débrouillardise humaine.

*pour m’encourager, vous pouvez acheter mon dernier livre de sniper en Afghanistan : www.livreswali.com

FV
W

38430cookie-check